CeD
Cookies éphémères (7 jours au plus) pour les utilisateurs authentifiés uniquement. Aucun traçage.
Temporary cookies (7 days max) for authenticated users only. No tracking.
Recherche avancée

Accueil du site > I. Public > La surveillance privatisée

La surveillance privatisée

samedi 13 mars 2010

Extraits :

  • « La chasse aux pirates sera automatisée grâce à des bases de données constituées par les sociétés d’auteurs. Dans ces listes se trouvent les œuvres les plus populaires et les nouveautés. En musique, 10 000 œuvres sont concernées. Pour les films ou les séries télévisées, la procédure est similaire : “50 œuvres concentrent presque tous les téléchargements”, affirme M. Delacroix. La liste sera régulièrement actualisée. »

Rassurant quelque part : les œuvres qui m’intéressent ne font sûrement pas partie de cette sélection. Je serais très étonné d’y trouver Carlo Gesualdo, Thelonious Monk ou Albert Marcœur…

  • « Contactée par Le Monde, la société TMG a refusé de détailler sa façon de procéder. »

Moins rassurant, mais pas inattendu : on ne saura pas comment on va nous espionner. Dans le doute, chiffrons tout ce que nous faisons.

  • « La validité de l’adresse IP comme preuve est toutefois incertaine. Elle identifie un ordinateur et non une personne. “En tant qu’avocat, c’est le premier point que je soulèverais, indique Me Pierrat. L’adresse IP ne prouve rien. Ce n’est pas l’arme qui fait le criminel.” La question ne semble pas inquiéter la Hadopi, qui préfère insister sur son rôle pédagogique que sur celui de surveillant. »

Bis repetita…

Voir en ligne : Hadopi : la surveillance du Web sera confiée à des sociétés privées (Le Monde)

Commenter cette brève


Suivre la vie du site RSS site | RSS brèves RSS brèves | Plan du site | Espace privé | Écrire au taulier | Stop Spam Harvesters, Join Project Honey Pot | Creative Commons
is up of the Raris
is up of the Raris
is up of the Raris
is up of the Raris
write me