CeD
Cookies éphémères (7 jours au plus) pour les utilisateurs authentifiés uniquement. Aucun traçage.
Temporary cookies (7 days max) for authenticated users only. No tracking.
Recherche avancée

Accueil du site > I. Public > Jazz Giants ’58

Jazz Giants ’58

mardi 3 juillet 2012

“Chocolate Sundae”, Jazz Giants ’58 (chez Verve) : je lis çà et là des appréciations certes positives mais faites en se tordant le nez. Genre “Voilà quelques bons artisans qui se sont fait plaisir, c’est bien agréable”.

Oui, mais non : à ce niveau de perfection stylistique, ce n’est plus de la belle ouvrage, c’est du grand art. Oui c’est jubilatoire, oui ça fait bouger les pieds, mais apprenez à écouter, bon sang. Au-delà de la séduction, il y a là une construction collective rigoureuse, une inspiration sans faille, un souci du détail parfait, une cohésion impeccable, une précision [1] diabolique. C’est une leçon de musique, nom de Dieu. Prenez-en de la graine, vous n’en aurez pas souvent comme ça.

Gerry Mulligan, Ray Brown, Louie Bellson, Oscar Peterson, Herb Ellis, Harry Edison, Stan Getz : sept bons “artisans” comme vous dites. Trouvez-en douze comme eux, tiens.

Notes

[1] Peterson, Brown, Ellis et Bellson en particulier, ne sont pas franchement des approximatifs. C’est une section rythmique dont personne n’aurait osé rêver avant eux. Le soupir d’aise exhalé par Stan Getz à la fin du morceau en dit long sur l’effet que ça peut produire sur un musicien.

Commenter cette brève


Suivre la vie du site RSS site | RSS brèves RSS brèves | Plan du site | Espace privé | Écrire au taulier | Stop Spam Harvesters, Join Project Honey Pot | Creative Commons
the while was Treviso other
the while was Treviso other
the while was Treviso other
the while was Treviso other
write me