I Love Belgium... and you?
CeD
Cookies éphémères (7 jours au plus) pour les utilisateurs authentifiés uniquement. Aucun traçage.
Temporary cookies (7 days max) for authenticated users only. No tracking.
Recherche avancée

Accueil du site > I. Public > 2. Chez Euterpe > 2b. Radio > La radio se modernise...

La radio se modernise...

...en marche arrière

18 décembre 2016, par CeD


Voir en ligne : Radio France en ondes moyennes et longues : suicide ou euthanasie ?

PNG - 75.6 ko

Il y a une quin­zaine d’années, je cap­tais très faci­le­ment Radio France et/ou Radio France Internationale en Europe et dans le monde entier, en ondes cour­tes, moyen­nes ou lon­gues grâce à un petit récep­teur ICF-SW7600 qui m’accom­pa­gne par­tout et qui fonc­tionne tou­jours par­fai­te­ment pour la BBC, RTL, Europe1, RMC et bien d’autres radios.

Je pos­sède aussi plu­sieurs récep­teurs DAB/DAB+ qui mar­chent très bien dans toute l’Europe. Sauf en France bien entendu.

Le contrô­leur finan­cier aux com­man­des de Radio France, ainsi que son sem­bla­ble à RFI, ont cru devoir “moder­ni­ser” leurs radios en sup­pri­mant les ondes cour­tes, puis les ondes moyen­nes et enfin les gran­des ondes, sous divers pré­tex­tes allant de la néces­sité de faire des économies (il n’est pas contes­ta­ble que faire moins de radio coûte moins qu’en faire davan­tage) à l’obli­ga­tion de s’adap­ter aux nou­vel­les tech­no­lo­gies numé­ri­ques (cha­cun convien­dra que nos véhi­cu­les, nos cui­si­nes, nos ate­liers, nos jar­dins et nos che­mins de cam­pa­gne sont désor­mais sys­té­ma­ti­que­ment pour­vus d’un accès per­ma­nent à l’Internet ou au satel­lite), en pas­sant par le “cons­tat” selon lequel les audi­teurs encore fidè­les à la modu­la­tion d’ampli­tude sont plus pro­ches du tom­beau que du ber­ceau (“dans cha­que cor­billard qui passe, il y a un audi­teur des gran­des ondes”) : il est grand temps de les enter­rer. On mise donc tous les moyens dis­po­ni­bles sur la FM [1] et sur le web (au rabais), mais sur­tout pas sur la radio numé­ri­que ter­res­tre DAB+ [2] : on a dit “moder­ni­ser” hein, on n’a pas dit “inno­ver”. Restons fran­çais, sou­ve­nons-nous de la for­mi­da­ble réus­site que fut le SÉCAM de M. Henri de France.

Modernisation donc : pour accé­der à la radio fran­çaise de ser­vice public, il ne suf­fit plus de régler son récep­teur sur la bonne fré­quence, geste sim­ple mais périmé, hérité de nos grands-parents [3]. Il faut se trou­ver à proxi­mité d’un émetteur “moderne” en modu­la­tion de fré­quence (laquelle, dif­fé­rente de ville en ville, est heu­reu­se­ment dis­po­ni­ble sur le site web de Radio France), ou dis­po­ser d’un accès à l’Internet ou au satel­lite qui va bien (et payer son écot pour cet accès).

En dépit de ses obli­ga­tions sta­tu­tai­res, la radio fran­çaise de ser­vice public n’a plus l’ambi­tion d’être acces­si­ble faci­le­ment et par­tout. Il faut être au bon endroit. Il faut connaî­tre la fré­quence locale. Il faut payer. Il faut dis­po­ser de moyens tech­ni­ques com­pa­ti­bles. Il faut que toute la chaîne de trans­mis­sion, de plus en plus com­plexe, soit sans faille du micro­phone du “spea­ker” à l’oreille de l’audi­teur. Devenue aussi peu acces­si­ble que la télé­vi­sion, cette radio-là se croit moderne alors que par refus d’inno­ver, elle se fige, elle recule : elle aban­donne sans état d’âme la majeure par­tie de sa cou­ver­ture ter­ri­to­riale.

Vieil audi­teur bien­tôt guetté par le cor­billard, je ne crois pas que la radio publi­que fran­çaise soit en pro­grès et m’en attriste.

PNG - 143.1 ko
Avant, après

Notes

[1] Technologie du XXè siè­cle (peu évolutive car sur le déclin) de radio­dif­fu­sion de proxi­mité, tota­le­ment ina­dap­tée aux pro­gram­mes à voca­tion natio­nale, a for­tiori inter­na­tio­nale.

[2] Encore moins sur les tech­no­lo­gies du XXIè siè­cle comme la radio numé­ri­que en ondes cour­tes, moyen­nes et lon­gues C-QUAM ou DRM, la moder­nité a des limi­tes. Ces nou­vel­les tech­no­lo­gies convien­nent pour­tant mieux que la FM à la dif­fu­sion d’un pro­gramme de réfé­rence à voca­tion péri-natio­nale tel que France Inter, au moyen d’un émetteur uni­que (celui d’Allouis par exem­ple) plus facile à sécu­ri­ser qu’un réseau de relais FM dis­per­sés, (la com­pa­ti­bi­lité avec les récep­teurs exis­tants pou­vant être tem­po­rai­re­ment pré­ser­vée pour faci­li­ter une tran­si­tion en dou­ceur) tout en offrant, avec une puis­sance électrique réduite et une cou­ver­ture ter­ri­to­riale aug­men­tée, un signal audio de qua­lité (enri­chi de méta­don­nées) aux audi­teurs dis­po­sant d’un déco­deur appro­prié. Voir et enten­dre quel­ques démons­tra­tions spec­ta­cu­lai­res → ici.

[3] Tout comme ce geste ridi­cu­le­ment kit­sch consis­tant à allu­mer la lumière en bas­cu­lant un inter­rup­teur. Soyez de votre temps, vos lou­pio­tes (et votre frigo, votre four, votre machine à caf­ter café, votre grille-pain…) sont désor­mais des objets connec­tés que vous com­man­dez au moyen de votre smart­phone. Pas de smart­phone, pas de réseau ? Alors ni lumière, ni café, ni radio. La moder­nité vaut bien quel­ques conces­sions.

Commenter cet article

4 Messages de forum


Suivre la vie du site RSS site | RSS brèves RSS brèves | Plan du site | Espace privé | Écrire au taulier | Stop Spam Harvesters, Join Project Honey Pot | Creative Commons
an of appears no is
an of appears no is
an of appears no is
an of appears no is
write me