I Love Belgium... and you?
CeD
Cookies éphémères (7 jours au plus) pour les utilisateurs authentifiés uniquement. Aucun traçage.
Temporary cookies (7 days max) for authenticated users only. No tracking.
Recherche avancée

Accueil du site > I. Public > 3. Ça, moi je dis > Siné & Val

Siné & Val

27 juillet 2008, par CeD


Voir en ligne : Maurice Sinet dit Bob Siné, caricaturiste.

Bob Siné et Philippe Val se cha­maillent et tout le monde s’étripe autour d’eux.

Je les aime bien l’un et l’autre, mais en l’occur­rence c’est Val qui s’est planté. Siné a com­mis, sans doute volon­tai­re­ment, une seule erreur : il n’a pris aucune pré­cau­tion pour éviter d’être mal com­pris par les mal­com­pre­nant  s. Le taxer d’anti­sé­mi­tisme est faire preuve de mau­vaise foi ou de khon­ne­rie. Val n’est pas un idiot, il est donc de mau­vaise foi. Il tente d’uti­li­ser, pour se jus­ti­fier, cette imbé­cil­lité ambiante qui assi­mile sys­té­ma­ti­que­ment à l’anti­sé­mi­tisme toute uti­li­sa­tion du mot “juif” (de même qu’est frap­pée d’infa­mie toute uti­li­sa­tion des mots “musul­man”, “arabe”, “noir”, etc.)

Il suf­fit de rap­pe­ler que Bob Siné est un liber­taire, et qu’à ce titre il vomit tout ce qui est liber­ti­cide, donc tou­tes les reli­gions, notam­ment celle du poli­ti­que­ment cor­rect. Les “races”, il s’en contre­fout, d’ailleurs ça n’existe pas, contrai­re­ment à ce qu’affirme bête­ment Laurent Joffrin dans son éditorial de Libé. Ce que Siné stig­ma­ti­sait dans la chro­ni­que incri­mi­née, c’est l’oppor­tu­nisme d’un jeune homme plein d’ave­nir qui envi­sage de se conver­tir à la reli­gion de sa fian­cée pleine aux as. Il s’en est expli­qué plus tard, pour les mal­com­pre­nant  s, dans sa chro­ni­que sui­vante, cen­su­rée par Charlie Hebdo (donc par Val) mais publiée par le Nouvel Obs. Le débat aurait pu s’arrê­ter là. Mais ça se passe en France…

Le plus navrant dans cette his­toire, c’est l’auto­des­truc­tion d’une presse qu’on aurait pu croire hors d’atteinte de la Sarkozie : pen­dant que l’Élysée s’occupe de met­tre au pas l’audio­vi­suel public et privé, l’Agence France Presse, le Point et Paris-Match, Philippe Val com­plète le tra­vail à Charlie Hebdo.

6 Messages de forum

  • Comme il se doit...

    29 juillet 2008 13:42, par Claude-Eric Desguin

    Affaire Siné : Albanel apporte son sou­tien à Val

    La minis­tre de la Culture et de la Communication sou­tient le rédac­teur en chef de Charlie Hebdo, qui a ren­voyé son des­si­na­teur, esti­mant que “le des­sin et les pro­pos de Siné ren­voient à des cli­chés et cari­ca­tu­res d’un autre temps que l’on aime­rait voir dis­pa­raî­tre à jamais”.

    (Nouvel Obs)

  • Conclusion, par DDT

    30 juillet 2008 23:51, par Claude-Eric Desguin

    Comme sou­vent c’est Delfeil de Ton qui, dans le Nouvel Obs, a les mots jus­tes pour conclure (après que Laurent Joffrin, direc­teur de Libération, s’est pris les pieds dans le tapis en sou­te­nant Philippe Val pour d’obs­cu­res rai­sons) :

    Où l’on voit com­ment la défense de l’indé­fen­da­ble Philippe Val peut mener aux pires incongrui­tés.

    1970. L’Hebdo « Hara-kiri » est inter­dit. « L’Obs » nous offre ses pages cen­tra­les pour y paraî­tre jusqu’à ce que la cen­sure soit levée.

    2008. Siné est cen­suré. « L’Obs » lui offre l’asile et publie sa chro­ni­que sur Nouvelobs.com.

    L’his­toire se répète, avec cette dif­fé­rence, pas petite, qu’en 1970 c’est le minis­tre de l’Intérieur qui inter­dit et qu’en 2008 le cen­seur est « Charlie-Hebdo », qui suc­céda en 1970 à « L’Hebdo Hara-kiri ».

    C’est-y pas mer­veilleux, une his­toire pareille. Qui l’aurait inven­tée ? Philippe Val l’a inven­tée. Il n’y a qu’un Philippe Val pour salir l’image de « Charlie-Hebdo » avec un achar­ne­ment si consé­quent. Le drame de l’affaire, c’est qu’elle nous oblige à lire du Philippe Val, ce que nous ne fai­sions jamais, du B.-H. Lévy, ce dont nous nous gar­dons, et main­te­nant, hor­ri­ble à faire et déjà hor­ri­ble à écrire, d’aller lire Alexandre Adler et Ivan Rioufol dans les colon­nes du « Figaro ». Car B.-H. Lévy et « Le Figaro » sont deve­nus les quasi seuls sou­tiens, dans la presse natio­nale écrite, de « Charlie-Hebdo ».

    J’entends le lec­teur : « Et “Libération” ? Et Laurent Joffrin ? »

    En étudiant l’argu­men­ta­tion, mot un peu fort, de Laurent Joffrin, on a aussi celle des Rioufol, Adler, Lévy. Elle consiste à dire que Siné a refusé de s’excu­ser auprès de Jean Sarkozy (à pro­pos d’une conver­sion annon­cée par le pré­si­dent de la Licra lui-même dans « Libération » du 23 juin !) et que donc Siné est le nou­veau Drumont. Ces qua­tre mous­que­tai­res ne sont pas obtus (encore que pour deux d’entre eux c’est pas sûr) mais ils sont de mau­vaise foi, cette fois-ci mot fai­ble.

    Laurent Joffrin acca­ble Siné sous Marcel Déat, Brasillach (condam­nés à mort) ce dont se gar­dent ses confrè­res du « Figaro », ne me deman­dez pas pour­quoi, je serais foutu de vous répon­dre, eux l’acca­blent sous Mao Zedong, Jacques Vergès et Enver Hodja. La péro­rai­son du péro­rant Adler vaut son pesant de mou­tarde, ser­vons-la géné­reu­se­ment :

    « Aujourd’hui, on voit qui a la trempe d’un Zola, d’un géné­ral Picard : c’est Philippe Val. Et qui a la bas­sesse de Drumont, de Maurras ou de Bernanos : ce sont les péti­tion­nai­res semi-trots­kis­tes en faveur de l’éternel sta­li­nien Siné. »

    Rions. Pas qu’un peu. Surtout que ça vient d’un ancien du PCF (1968-1980).

    Et notre ami Laurent ? Lui, il dénonce en les péti­tion­nai­res pro-Siné « les bataillons quel­que peu caco­chy­mes de l’extrême-gau­che “anti­sio­niste” ». « Libération », « Le Figaro », même voca­bu­laire : péti­tion­nai­res semi-trots­kis­tes d’un côté, bataillons caco­chy­mes de l’autre. C’est pas bien d’imi­ter, Laurent Joffrin.

    Voici ma réac­tion, pos­tée à l’aube, sitôt la paru­tion en ligne de son arti­cle, réac­tion signée de mon nom :

    « Mon cher Laurent, ton arti­cle est immonde qui affecte de croire que Siné n’a pas pré­cisé le sens de son pro­pos, qui était pour­tant déjà très clair, voir les innom­bra­bles témoi­gna­ges. Quant aux “bataillons caco­chy­mes”, ils com­pren­nent la fine fleur de l’humour d’aujourd’hui. Dont le des­si­na­teur de ton jour­nal ! »

    Il a fallu qua­tre envois suc­ces­sifs tout au long de la jour­née à Libération.fr, plus trois coups de télé­phone, un échange de mails, pour qu’elle finisse par paraî­tre le soir mais mise sous le bois­seau (pas la place d’expli­quer le vice de l’affaire). Ai-je été vic­time d’une cen­sure ? C’est peut-être que « Libération » a été noyé sous les réac­tions indi­gnées. L’après-midi même, à16h48, ils ont cessé d’en publier, alors qu’elles arri­vaient par cen­tai­nes, peut-être par mil­liers. Aucun jour­nal, en France, à ma connais­sance, n’avait encore fait ça : stop­per net les réac­tions des inter­nau­tes à un écrit de son direc­teur. Le seul pré­cé­dent que je connaisse, mais du temps où la presse n’était qu’en papier, c’est quand Serge July a sup­primé le cour­rier des lec­teurs pen­dant bien une dizaine d’années, alors que c’était l’essence même de son jour­nal.

    Si « Libération » s’est retrouvé ainsi noyé sous les réac­tions, c’est moins à cause de Siné, en fait, qu’à cause de Laurent Joffrin qui res­sus­ci­tait la notion de « race juive » dans son arti­cle. Les gens sont méchants. Ils ne veu­lent pas admet­tre que Laurent Joffrin a droit à tous les lap­sus. C’est Siné, qui a droit à rien. Théorème de Joffrin.

    D.D.T.

    Voir en ligne : “Le théorème de Joffrin”

  • Vlan.

    27 août 2008 21:46, par Claude-Eric Desguin
    Chapeau à Catherine et à Bob. Un joli coup de pied aux (faux-)culs :

    Voir en ligne : Un journal mal élevé

    • Vlan. 11 septembre 2008 14:29

      Ils l’ont fait. Le n° 1 est paru hier, trouvable avec 24 heures de décalage chez quelques (rares) kiosquiers belges (seulement chez ceux qui en on fait la demande expresse à l’AMP, semble-t-il).

      En six semaines ils ont monté quelque chose qui tient la route, ravalant Charlie Hebdo au rang de non-événement du mercredi.

      Ce n’est pas purement anecdotique : Charlie, en se dénaturant, a laissé vacante une place, pour ne pas dire un “créneau”. Par bêtise pure, les contempteurs de Bob Siné lui ont déroulé le tapis rouge en lui orchestrant un lancement publicitaire barnumesque et gratuit. Lui, pas bête, il s’est engouffré dans la brèche.

      Ce qui n’est pas anecdotique non plus, c’est l’âge moyen des galopins qui font Siné-Hebdo : ça doit tourner autour des 70 ans. Signe que la contestation appartient à une génération, euh, “expérimentée”, qui porte désormais seule la lourde responsabilité de piquer là où ça fait mal. Puisque les jeunots, sans doute décérébrés par la quête éperdue du “temps de cerveau disponible”, trouvent que le monde va très bien comme il va, il faut bien que les papys s’y collent pour pousser la nécessaire gueulante permanente sans laquelle on s’ennuierait ferme.

      Merci, Bob.

      Voir en ligne : Un journal mal élevé


Suivre la vie du site RSS site | RSS brèves RSS brèves | Plan du site | Espace privé | Écrire au taulier | Stop Spam Harvesters, Join Project Honey Pot | Creative Commons
that tiramisu are 1983 cookbook
that tiramisu are 1983 cookbook
that tiramisu are 1983 cookbook
that tiramisu are 1983 cookbook
write me