I Love Belgium... and you?
CeD
Cookies éphémères (7 jours au plus) pour les utilisateurs authentifiés uniquement. Aucun traçage.
Temporary cookies (7 days max) for authenticated users only. No tracking.
Recherche avancée

Accueil du site > I. Public > 2. Chez Euterpe > 2a. Audio > Original Jazz Sound ?

Original Jazz Sound ?

Ne pas acheter

18 novembre 2011, par CeD

Toutes les versions de cet article :


Voir en ligne : Original Jazz Sound, le label mal nommé

Un éditeur mar­chand peu scru­pu­leux dif­fuse sur tou­tes les pla­tes-for­mes de vente de musi­que en ligne [1] une série inti­tu­lée “Original Jazz Sound” repre­nant l’essen­tiel du patri­moine dis­co­gra­phi­que jaz­zis­ti­que rele­vant du domaine public c’est-à-dire anté­rieur à 1961. Si on com­pare la qua­lité audio de ces réé­di­tions avec celle des éditions ori­gi­na­les, même ancien­nes, on s’aper­çoit immé­dia­te­ment que le son est tel­le­ment dégradé qu’il en est inau­di­ble : [2]

Il n’est pas inu­tile de pré­ci­ser qu’il n’y a ni inter­ver­sion ni confu­sion : le pre­mier de ces deux liens cor­res­pond bien à l’ori­gi­nal de 1954, le second à une “remas­té­ri­sa­tion” (sic) du même enre­gis­tre­ment, effec­tuée en 2011. J’ajoute que j’ai testé une dizaine d’autres albums OJS dis­tri­bués par Qobuz : tous sont abso­lu­ment infects com­pa­rés aux enre­gis­tre­ments ori­gi­naux figu­rant dans ma sono­thè­que perso.

Ainsi, on dis­tri­bue pour pas cher (4 € l’album) une musi­que de valeur excep­tion­nelle en la sac­ca­geant au point d’en dégoû­ter ceux qui ont encore à la décou­vrir. Pour 10 €, ce qui n’est pas très cher non plus, on peut se la pro­cu­rer dans une qua­lité équivalente à celle des enre­gis­tre­ments d’ori­gine, incom­pa­ra­ble­ment supé­rieure. 57 ans de pro­grès tech­ni­que pour en arri­ver là…

Outre le fait qu’il y a trom­pe­rie sur la mar­chan­dise, ces réé­di­tions au rabais sont une mau­vaise action qui relève du van­da­lisme. On a du mal à en com­pren­dre l’inté­rêt, car après tout, pro­duire ce mau­vais son n’est pas moins coû­teux que res­ti­tuer fidè­le­ment l’ori­gi­nal. Je m’inter­roge sur la tech­ni­que uti­li­sée pour détruire un son qui était excel­lent il y a un demi-siè­cle. [3]

Au sur­plus, on peut aussi se pro­cu­rer gra­tui­te­ment la plus grande par­tie de ces enre­gis­tre­ments en les pira­tant pure­ment et sim­ple­ment, avec une qua­lité audio par­faite et en prime l’inté­gra­lité des pochet­tes et des noti­ces ori­gi­na­les. [4]

Une mani­fes­ta­tion sup­plé­men­taire de l’incom­pé­tence de cer­tains acteurs du com­merce dit “légal” de musi­que en ligne (éditeurs et pla­tes-for­mes de vente), prin­ci­pale expli­ca­tion du marasme d’une indus­trie pho­no­gra­phi­que qui per­siste à pro­po­ser de mau­vais pro­duits dégra­dés et/ou ver­rouillés, même quand il s’agit de conte­nus du domaine public.

P.-S.

Voir aussi ceci

Notes

[1] Y com­pris Qobuz, hélas.

[2] Ce son rikiki demeure très médio­cre, et le mot est fai­ble, même après ampli­fi­ca­tion pour le “regon­fler” au niveau de l’ori­gi­nal. On obtien­dra, au mieux, une qua­lité cor­res­pon­dant à une com­pres­sion MP3 à 32 kbps. L’hor­reur.

[3] Il s’agit d’un enre­gis­tre­ment réa­lisé en 1954 par Rudy Van Gelder, qui n’est pas man­chot en la matière, et c’est une litote. Rudy, si vous me lisez, vous devriez pro­tes­ter contre cette insulte à votre remar­qua­ble tra­vail.

[4] Les réé­di­tions Original Jazz Sound incluent un pré­tendu “livret numé­ri­que au for­mat PDF” qui n’est en réa­lité qu’une pla­quette publi­ci­taire suc­cincte pour ce label, sans la moin­dre infor­ma­tion per­ti­nente.


Suivre la vie du site RSS site | RSS brèves RSS brèves | Plan du site | Espace privé | Écrire au taulier | Stop Spam Harvesters, Join Project Honey Pot | Creative Commons
dessert tiramisu in this other
dessert tiramisu in this other
dessert tiramisu in this other
dessert tiramisu in this other
write me