I Love Belgium... and you?
CeD
Cookies éphémères (7 jours au plus) pour les utilisateurs authentifiés uniquement. Aucun traçage.
Temporary cookies (7 days max) for authenticated users only. No tracking.
Recherche avancée

Accueil du site > I. Public > 3. Ça, moi je dis > Verrouillez, verrouillez, il n’en restera rien

Verrouillez, verrouillez, il n’en restera rien

20 juillet 2009, par CeD


Lors d’un récent anni­ver­saire fami­lial et patriar­cal, un superbe album a été réa­lisé, ima­ges par­fai­tes, mise en page soi­gnée. En un seul exem­plaire, his­toire d’en assu­rer la rareté.

Ma pro­po­si­tion d’en faire une sau­ve­garde numé­ri­sée s’est heur­tée au refus de ses pro­mo­teurs, au nom du res­pect du concept : l’exem­plaire doit demeu­rer uni­que, et son contenu dis­pa­raî­tre avec lui en cas de mal­heur. Il ne sera donc pas sau­ve­gardé. Les ori­gi­naux numé­ri­ques ont été cons­cien­cieu­se­ment détruits.

C’est dans l’esprit de ce temps : il faut abso­lu­ment pro­té­ger (contre qui, contre quoi ? Peu importe, l’essen­tiel est de ver­rouiller, ça donne de l’impor­tance à la chose, ça crée du “col­lec­tor”). [1] Le résul­tat ris­que d’être ce qu’on entre­voit depuis quel­que temps, à savoir que les for­mi­da­bles pos­si­bi­li­tés de pré­ser­va­tion de la mémoire col­lec­tive qu’offrent les tech­ni­ques contem­po­rai­nes pro­fi­te­ront à tout notre patri­moine de connais­sance, à l’excep­tion du patri­moine contem­po­rain.

C’est ainsi qu’on a perdu une par­tie de la fil­mo­gra­phie de Pierre Étaix et qu’on a bien failli la voir dis­pa­raî­tre com­plè­te­ment, que des enre­gis­tre­ments pré­cieux de musi­ciens récem­ment dis­pa­rus moi­sis­sent dans les caves des mai­sons de dis­ques, alors que les par­ti­tions ori­gi­na­les de Claudio Monteverdi et de ses contem­po­rains ont été mises à l’abri pour tou­jours.

Des pro­jets magni­fi­ques comme l’Internet Archive et Europeana sont réduits à la conser­va­tion du savoir ancien, celui d’avant l’inven­tion des droits numé­ri­ques et de leur uti­li­sa­tion mes­quine. Nos des­cen­dants auront cer­tai­ne­ment accès à Platon et à Mirabeau, sans doute pas à Harry Potter, qui ris­que fort de tom­ber dans l’oubli plus vite et plus sûre­ment que dans le domaine public. Je ne suis pas loin d’y voir la sanc­tion sévère mais juste d’un sage tri­bu­nal de l’his­toire.

P.-S.

Voir aussi ceci (un des­sin de Dubus, publié par http://www.press­car­toon.com/)

Notes

[1] On me dit que ça n’a rien à voir, qu’il ne s’agit pas de ver­rouiller mais de ren­dre rare ; je pense au contraire que cons­ciem­ment ou non, cela par­ti­cipe de la même atti­tude res­tric­tive que celle des indus­triels qui vous ven­dent quel­que chose sans vous en lais­ser la pleine pro­priété. L’ache­teur d’un pro­duit ou le béné­fi­ciaire d’un cadeau n’en fait plus ce qu’il veut, le ven­deur ou le dona­teur se réser­vant cer­tains droits : il ne cède plus, il concède. Ce sont les fameu­ses clau­ses en petits carac­tè­res que per­sonne ne lit…

4 Messages de forum

  • Excellente réflexion… Vous pour­riez y join­dre celle qui fait aujourd’hui de Tintin l’otage de la famille Rodwell au tra­vers des éditions de Moulinsart !!! Dans moins de 50 ans, Tintin tom­bera dans le domaine public… et dans l’oubli. Pas pour tout le monde, cer­tains comp­tes finan­ciers se rem­plis­sent, tant que des quin­cas nos­tal­gi­ques mais désor­mais au por­te­feuille rem­pli pour­ront bourse délier pour s’ache­ter un coin d’enfance…
    • Verrouillez, verrouillez, il n’en restera rien 19 septembre 2009 08:47, par Claude-Eric Desguin
      Étaix, Tati, quelques bluesmen disparus, Hergé… Combien de joyaux du vingtième siècle, enfermés dans les coffres blindés du droit d’auteur, seront empêchés de contribuer à l’évolution de la création humaine comme ont pu le faire Pierre Bruegel, Jean-Sébastien Bach ou Charles Baudelaire ? La liste est probablement longue, exhumons ces trésors, remettons-les dans la lumière.
    • Verrouillez, verrouillez, il n’en restera rien 19 septembre 2009 10:45, par Claude-Eric Desguin
      Rapacité rime avec indignité…

      Voir en ligne : Rodwell et Moulinsart, tonnerre de Brest

  • Déverrouillez pour la postérité

    13 décembre 2011 14:52, par Claude-Eric Desguin
    A contra­rio, Duke Ellington (voir ici) avait fait pres­ser en un seul exem­plaire son hom­mage à la reine d’Angleterre. La bande magné­ti­que ori­gi­nale n’a heu­reu­se­ment pas été détruite, l’œuvre est donc entrée dans l’Histoire.

Suivre la vie du site RSS site | RSS brèves RSS brèves | Plan du site | Espace privé | Écrire au taulier | Stop Spam Harvesters, Join Project Honey Pot | Creative Commons
up a tiramisu a as
up a tiramisu a as
up a tiramisu a as
up a tiramisu a as
write me